Quelles consignes en cas d’observation d’un nid de frelons asiatiques ?

  Vespa VelutinaEn cas d'observation d'un nid de frelons asiatiques :

  • Ne pas intervenir soi-même (l'intervention doit être réalisée par un professionnel agréé et assuré, avec les équipements de protection nécessaires).
  • Ne pas faire d'activités qui pourraient les déranger à proximité du nid (exemple : taille de la haie...) et éventuellement mettre en place un périmètre de sécurité le temps que l’intervention de destruction soit programmée.
  • Signaler le nid en Mairie le plus tôt possible, de façon à permettre la destruction du nid.  

Pourquoi ne pas intervenir soi-même ?

La destruction des nids de frelons asiatiques doit être réalisée suivant une technique précise et validée par les services compétents. C’est pour cela que seules les entreprises dument équipées sont retenues par la FDGDON pour procéder aux interventions. Le traitement du nid est alors effectué avec une perche et une aiguille permettant d’accéder à l’intérieur du nid.

Le cahier des charges interdit les techniques utilisant des projectiles (tir au fusil, tir à flèche, lance à eau) ou encore une action externe au nid (pulvérisation externe, le feu…).

Une technique de destruction du nid non-appropriée peut engendrer :

  • Une inefficacité, le but étant de détruire la fondatrice et sa colonie et non l’enveloppe du nid lui-même qui n’est qu’un support. Une fondatrice non détruite lors de l’intervention sera amenée à recréer un nouveau nid, ce qui rend la lutte inefficace.
  • Une attaque collective des frelons pour la défense du nid, pouvant se traduire par un risque grave pour la santé. D’ailleurs, les personnels intervenants sont équipés de tenues de protection, évitant le risque de piqûres (tenues dont l’épaisseur est d’environ 8mm) et le risque de projection de venin dans l’air ambiant (systèmes de protection des voies respiratoires et oculaires).

La question du piégeage des frelons asiatiques.

Il est également fortement déconseillé aux particuliers de mettre en place une opération de piégeage des frelons asiatiques, car :

  • Le piégeage dans les jardins au cours de la saison, n'aura aucun impact sur les populations de frelons asiatiques. Les ouvrières sont en permanence renouvelées au sein d'une colonie (durée de vie de 30 jours seulement). Un nid de grande taille peut produire plus de 10.000 individus au cours de la saison.
  • Il n'existe pas à ce jour, de piège 100% sélectif. Donc, le piégeage peut avoir un impact sur la biodiversité locale. Beaucoup d’études montrent que les frelons asiatiques ne représentent qu’un faible pourcentage des captures (captures non- souhaitables de papillons et autres insectes utiles pour la biodiversité).

Le piégeage, selon les notes ministérielles, est réservé aux apiculteurs pour la protection de leurs ruchers, c'est-à- dire, uniquement sur leurs ruchers et pendant les attaques sur lesdits ruchers. Dans ce cas, le piège est un outil de protection de la ruche et non un moyen de lutte en tant que tel.

La question du piégeage dit « de printemps ».

Il y a d'autre part un grand débat sur le piégeage « de printemps », autrement appelé des « fondatrices ».Aussi, il n'est pas préconisé par le ministère de mettre en place ce type d'opérations. Aucune étude n'a prouvé l'utilité du piégeage de printemps, même les essais les plus intensifs de la région Bordelaise avec 15.000 pièges sur 500km2 n'ont pas fait baisser le nombre de nids (voir le rapport d'études sur le site internet de la FDGDON de la Manche : http://www.fdgdon50.com.

Il faut savoir qu'il existe un phénomène de mortalité naturelle des femelles au printemps, de l'ordre de 90%, par la concurrence à la fabrication de nids primaires. Donc, il est faux de croire qu'une femelle capturée au début du printemps est égal à un nid détruit. Les femelles observées au printemps ne seront donc pas forcément des « fondatrices ».

 

Renseignements complémentaires sur :

Le site internet de l’IRBI (Institut de Recherche sur la Biologie de l’Insecte) : http://frelonasiatique.univ-tours.fr/lutte.html

Le site internet du MNHN (Muséum National d’Histoires Naturelles) : http://frelonasiatique.mnhn.fr/lutte